Notre Dame de la Gorge


Chapelle de Notre Dame de la Gorge en hiver














Chapelle de Notre Dame de la Gorge en été














Chapelle de Notre Dame de la Gorge et oratoires














Chapelle de Notre Dame de la Gorge et ses oratoires














Chapelle de Notre Dame de la Gorge façade















Notre Dame de la Gorge la chapelle
















Notre Dame de la Gorge les croix















Signe religieux sur porte














Site de Notre Dame de la Gorge














Site de Notre Dame de la Gorge









 

 Notre Dame de la Gorge

        La paroisse de Notre Dame de la Gorge a été fondée vers le XIVème siècle par les Bénédictins. Le site de Notre Dame de la Gorge était un sanctuaire empreint du culte marial.  Les colporteurs, voyageurs, alpinistes franchissaient le seuil pour une action de grâce ou en remerciement d’un voyage sans encombre.

        Le développement du commerce par le Col du Bonhomme a  déclenché la popularité du site de Notre Dame de la Gorge.

        A partir du XIIIème siècle Notre Dame de la Gorge est l’église paroissiale des habitants du vallon et l’annexe de la grande paroisse de Saint Nicolas de Véroce. Le desservant de St Nicolas vient y célébrer la messe dominicale.

        Au début du XVIIIème siècle, les paroisses de la région sont sous la coupe de la Collégiale Saint Jacques de Sallanches qui en assume la tutelle spirituelle.

        En 1443, l’église est en mauvais état. L’évêque en constatera le dénuement, néanmoins  Notre Dame de la Gorge sera placée sous le culte marial.  Vers 1741 l’église sera le lieu de pèlerinage et la messe de l’Assomption y sera célébrée le 15 août.

        En août 1517, la petite église sera dévastée par le feu. Elle subit souvent les débordements du Bon Nant.

        Le curé sollicitera l’aide des paroissiens pour les dépenses inhérentes à la chapelle.

        Le 28  juillet 1606, François de Sales, évêque de Genève en visite sur le site, constatera lui aussi le dénuement de l’église.

        Vers 1641 le curé Gouttry apporte ses propres fonds pour reconstruire le presbytère avec l’aide de deux paroissiens (Callamard et Parent). Le nouveau presbytère comporte une pièce chauffée avec cuisine, une écurie et une cave. Le presbytère porte la date de 1645. Il  est devenu l’actuelle auberge.

        Notre Dame de la Gorge fut rebâtie entre 1699 et 1701 par deux architectes Jean de la Vougniaz et Pierre de l’Esglise sur les instances du Révérend Colliex. Elle fut consacrée le 25 août 1701.

        Le curé Colliex, issu d’une famille aisée de Magland, va consacrer une bonne partie de sa vie et de ses deniers à l’édification de l’église.

        Pour la construction, les maîtres maçons utiliseront le tuf (ou cargneule). Le tuf sera prélevé  le long de la Gorge, vers les pentes du Moly et au Col du Bonhomme.

        Cette pierre, couleur miel, facile à travailler présente une structure alvéolaire.

         Au XVIIIème siècle, la plupart des façades d’églises baroques et de fermes seront habillées de tuf.

        En août 1706, Monseigneur Rossillon, évêque du diocèse de Genève, bénira la petite église de notre Dame de la Gorge placée sous le vocable de l’Assomption. Il rendra également hommage au curé Colliex car sans son aide, l’église n’aurait pas été reconstruite.

        Avec l’aide financière de plusieurs émigrés du Val Montjoie, le curé Gaillard, originaire de St Nicolas de Véroce, achèvera l’oeuvre commencée en y consacrant une partie de sa fortune personnelle.

        L’aménagement intérieur sera terminé en 1728. Les retables, datés de 1707 et 1728, sont attribués à Jacques Clairant. Après 1838, ils ont été restaurés.  En 1736, l’orgue retentit pour les pèlerins réunis pour la fête de l’Assomption. La messe sera célébrée en plein air. 

*

L’immigration 

        Chaque automne, après les travaux des champs et principalement faute de nourriture, les paysans quittaient leurs familles et partaient sur la route des « Allemagnes » pendant la saison hivernale. Le mot « Allemagnes » désignait les pays comme la Franche Comté, le Valais, l’Autriche, la Hongrie, l’Allemagne.

        Certains de ces  immigrés, ayant accumulé une fortune, envoyaient des sommes d’argent colossales pour construire, restaurer ou décorer chapelles et églises.  

        Lorsque leur fortune était devenue assez conséquente, certains rentraient « au pays ».

        Les paroissiens participeront activement aux travaux de reconstruction financés par l’immigration.

 

La fabuleuse histoire de Nicolas Revenaz

        L’histoire de Nicolas Revenaz est racontée en Val Montjoie. Nicolas Revenaz était originaire des Pratz de Saint Gervais.

        En devenant marchand bourgeois de Vienne, il accumule une certaine fortune. Pendant la guerre contre les Turcs, en 1683, il sollicite la protection de Notre Dame de la Gorge. Son vœu se réalise. Il en remerciera Notre Dame de la Gorge en offrant un magnifique ex-voto qui ornera la Chapelle. Cet ex-voto, situé sur le côté droit de la nef, représente la tentative de prise de Vienne par les Turcs. Dans l’angle inférieur gauche, un homme  en prière représente Nicolas Revenaz.    

        Ce tableau a été restauré en 1990 et décrypté par Gilbert Maistre. Une copie est aujourd’hui visible à la Chapelle de Notre Dame de la Gorge, l’original ayant été déplacé en lieu sûr.

        Grâce à Nicolas Revenaz, une chapelle sera construite aux Pratz de Saint Gervais et la première école du Val Montjoie sera créée.

*

Un « sanctuaire à répit »

        La Chapelle de Notre Dame de la Gorge était aussi un des « sanctuaires à répit » de Haute- Savoie. Ces chapelles, consacrées à la Vierge, étaient sollicitées pour permettre à un petit enfant mort, sans baptême, de revenir quelques instants à la vie, « le temps d’un répit » pour recevoir un ondoiement et lui ouvrir les portes du ciel et ainsi apaiser les angoisses des parents, malgré certaines condamnations de l’Eglise.    

        « D’après le dogme catholique, l’enfant mort né ou mort dès la naissance, sans avoir été baptisé, demeurait souillé du péché originel et comme tel privé éternellement du bonheur céleste ».

        De nombreux récits témoignent de miracles : (St François de Sales à Annecy, Châtillon sur Cluses...)

*

        La petite église du fond de vallée n’affirmera jamais son indépendance face à la grande paroisse de Saint Nicolas de Véroce.

        Dès 1793, ses difficultés matérielles amorceront son déclin. Le presbytère sera vendu en 1795.

        Les prêtes, désignés par les citoyens, choisiront l’exil après la dégradation des relations entre la France et la Maison de Savoie. Ce fut le cas pour le Curé Besson qui fut le dernier curé de Notre Dame de la Gorge. 

        Le 27 décembre 1806, Notre Dame de la Gorge sera rattachée à la paroisse des Contamines Montjoie. Le conseil municipal lance un appel à l’impôt direct pour la restauration de Notre Dame de la Gorge en proposant la vente des chapelles des hameaux de la Berfière, du Baptieu, des Fours, de la Chapelle... mais ces chapelles demeureront au patrimoine communal.

        J.P. Rey, évêque du Diocèse, rachètera les biens de l’ancienne paroisse et la Gorge et participera à la restauration de l’église. Le 15 août 1838, il sera à la tête du pèlerinage.

        Aux missionnaires de St François de Sales, il confiera le service du Sanctuaire de Notre Dame de la Gorge et leur léguera tous les biens de la Gorge par testament du 21 juin 1939.    

        Onze oratoires sur les quinze seront restaurés par le Père Millet, curé des Contamines. Les Missionnaires de St François de Sales assureront la reconstruction des derniers. Chaque oratoire abrite une station du Chemin de Croix représentant les quinze mystères du Rosaire.

        Le Père Mardin, exerçant la charge de chapelain jusqu’en 1873, fera édifier une grande maison pour se loger et recevoir de nombreux pèlerins.  

        La chapelle est de style baroque, style qui naîtra en Italie entre les XVIème et XVIIème siècles. Elle comporte des fresques datant de la Renaissance.

        L’art baroque sera décrié mais c’est sans compté sur la persévérance de Raymond Oursel, archiviste départemental, chantre de l’art baroque savoyard et Henri Baud, historien qui soutiendront les projets du Curé Félix Babaz, prêtre des Contamines.

        Empreinte de recueillement la petite église de Notre Dame de la Gorge accueille les pèlerins du monde entier. Elle marque le départ des sentiers de montagne et du chemin vers le Col du Bonhomme, l’Italie, la Suisse...  où chaque année de nombreux randonneurs attirés par ce lieu mystique, s’arrêtent quelques instants à Notre Dame de la Gorge.

        Le clocher s’élève au nord. Une flèche à mantelet s’élève du beffroi.

        La façade présente une niche à coquilles et une serlienne.  Deux anges encadrent l’oculus.  Sur le bandeau l’inscription : « Ego mater pvlchrae bonitatis » signifie : c’est moi la mère du bel amour.

        Le texte de la cartouche de gauche : « Qvi Mariam invenerit inveniet vitam » signifie : qui aura trouvé Marie aura trouvé la vie.  Le texte de la cartouche de droite « fvndamenta ejvs in montibvus sanctis » désigne une phrase extraite d’un psaume.   

        Le retable représente l’illustration des deux derniers mystères du Rosaire : l’Assomption et le Couronnement de la Vierge. Entre la nef et le choeur la Poutre de Gloire la statue du Christ est de petite taille par rapport à la Vierge et Saint Jean.

        C’est la seule « poutre de Gloire »  de ce type des églises du Faucigny.

        La poutre de Gloire est plus courante dans le Beaufortain (Beaufort, Hauteluce, Villard sur Doron, Queige...)  

        Le mobilier a été réalisé par Jacques Clairant, sculpteur de l’époque baroque.

        Notre Dame de la Gorge s’est vu dotée d’une nouvelle toiture en 2010..

*

Sur le site de Notre Dame de la Gorge

.

Elevée grâce au Père Mardin chapelain jusqu'en 1873














Eglise Notre Dame de la Gorge














Chapelle de Notre Dame de la Gorge niche avec coquille














Chapelle de Notre Dame de la Gorge l'hiver














Chapelle de Notre Dame de la Gorge inspiration















Notre Dame de la Gorge croix
















Notre Dame de la Gorge charpente















Notre Dame de la Gorge ancienne porte














Notre Dame de la Gorge  clocher














Le presbytère