La Sainte Chapelle


La Sainte Chapelle en intérieur (2)












La Sainte Chapelle en été









La Sainte Chapelle plaque en reconnaissance










Sainte   Chapelle









Sainte Chapelle  hiver









Sainte Chapelle  hiver sur le site

La Sainte Chapelle, les pèlerinages,

et le sentier du Baroque

 

La Sainte Chapelle et la Sainte Fontaine

 

        En fond de vallée, en amont de l’Eglise Notre Dame de la Gorge se situe la Sainte Chapelle  isolée du monde.

        Au moyen-âge, le site religieux abritait une source miraculeuse « La Sainte Fontaine » qui jaillissait de la paroi rocheuse et possédait des vertus miraculeuses.

        Le petit oratoire serait dû à un ermite, moine bénédictin de St Nicolas de Véroce ayant quitté sa communauté d’origine pour s’isoler au fond du vallon de la Gorge afin d’y mener une vie d’ermite. D’où son surnom « l’Hermitage ». L’oratoire aurait été édifié en l’honneur de St Antoine, patron des Ermites et protecteur des bêtes de trait et de bât, des muletiers et des guides. Le site était déjà fort prisé pour les pèlerinages.  

         A la fin du XVIIIème siècle, une chapelle primitive abritant une statue avait été fermée par un mur et aménagée avec deux petites fenêtres et une porte. Située en amont, à deux mètres environ, du cours du Bonnant cette chapelle, très humide était la proie des eaux tumultueuses du Bon Nant et de la glace en hiver. Livres et vêtements étaient imprégnés par l’humidité.

        En 1850, le Père Pissard érigera un autel et installera la statue miraculeuse de la Vierge. Il célébrera la messe pour quelques fidèles, la porte demeurant ouverte car l’espace deviendra vite trop exigu. Le curé  et les Missionnaires de St François de Sales aménageront l’accès à la chapelle et une passerelle sera construite.

        Mais, l’évêque d’Annecy interviendra entre le Curé des Contamines et les Missionnaires qui désireront créer une nouvelle paroisse. La congrégation conservera la propriété, léguée en 1840 par Monseigneur Rey. En 1914, le dilemme sera stoppé par la crue du Nant de l’Arête qui emportera la Sainte Chapelle.

        En  1921, la Sainte Chapelle est reconstruite à l’aplomb de l’ancien emplacement grâce au Curé Vulliez, prête des Contamines.

 
 
La Marmite de la Sainte Chapelle

        Aujourd’hui, en dessous de la Sainte Chapelle se distingue la statue de la Vierge abritée dans une cavité qui se nomme « marmite ».

        Cette cavité naturelle a été creusée par les eaux bouillonnantes du torrent du Bon Nant à l’aide d’une pierre coincée dans une boucle et entraînée  en tourbillons par la violence de l’eau. Cette pierre tourne sans arrêt et creuse dans la roche tendre une véritable « marmite ». La pierre se transformera en sable et retournera dans le lit du torrent.  

 *

Les pèlerinages

 
        Jusqu’au XIXème siècle, les pèlerinages locaux sont une initiative populaire. Ces pèlerinages sont surveillés de loin par le Clergé qui canalise et surveille ces déplacements de foule. Ces « réjouissances populaires » dégénèrent souvent en bagarres.
        Après la révolution, les pèlerinages seront favorisés par le Clergé et encadrés par les autorités ecclésiastiques. Saint François de Sales en facilitera la renaissance.

        Le pèlerinage de Notre Dame de la Gorge se popularise en 1838. Le 21 août 1873, le plus imposant pèlerinage rassemblera des centaines de pèlerins qui convergeront vers le site de la Gorge pour soutenir le Pape Pie X.

        A l’issue de l’office religieux du 15 août, jour de l’Assomption de nombreux fidèles maintiennent la tradition  du pèlerinage à la Vierge Marie et une procession se dessine de l’Eglise de Notre Dame de la Gorge à la Sainte Chapelle. 

        Le 8 septembre, anniversaire de la Nativité de la Vierge à l’issue de l’office une procession se forme de Notre Dame de la Gorge à la Sainte Chapelle. 

        Le pèlerinage du 15 août draine une foule importante tant de gens du pays que de touristes.

        En 2006, les Contamines Montjoie ont célébré le 400ème anniversaire de la visite pastorale de Saint François de Sales (1606 lire le site Megève) et les 300 ans de la reconstruction de l’église de Notre Dame de la Gorge.    

 
*

Le sentier du baroque

        L’itinéraire pédestre « le sentier du Baroque » propose la découverte des églises, chapelles et oratoires du pays du Mont Blanc en passant par  l’Eglise de Combloux , l’Eglise de St Nicolas de Véroce et son presbytère abritant le musée d’art sacré.

        Le chemin du Baroque accède à l’Eglise de Notre Dame de la Gorge aux Contamines Montjoie.

        Le chemin du baroque est profondément lié à l’histoire des colporteurs et des immigrés ainsi qu'à la Réforme de Luther et de Calvin. Le baroque, art religieux haut en couleur, affirmera la puissance catholique. Cet art, venu d’Italie, sera exporté par les maîtres maçons pendant la seconde moitié du XVIIème siècle, d’abord vers la Tarentaise, puis la Maurienne pour arriver dans le Haut Faucigny. 

Ce sentier retrace, à travers, toutes ces richesses religieuses, l’histoire d’un peuple d’immigrés heureux ou malheureux. Les artisans et artistes italiens venus surtout de la Val Sesia pour construire et décorer les églises, chapelles, oratoires.... 

 *

Sainte Chapelle  site NDG












Signe religieux sur porte









Site NDG inscription  religieuse chemin des Rochassets









Site NDG signe religieux aux Rochassets









Ste Chapelle ancien emplacement et marmitte









Site NDG signe religieux des Rochassets