Saint François de Sales

Saint François De Sales

St François de Sales naît au château de Salles à Thorens Glières le 21 août 1567 et sera baptisé le jeudi 28 août.

Il est l’aîné d’une famille de 13 enfants. Sa jeune mère lui apprendra les prières.

A six ans il ira au collège de la Roche sur Foron puis au collège d’Annecy dirigé en partie par les Dominicains et Barnabites. Lors de sa première communion sa vocation d’être prête lui autorise à demander la permission à son père d’avoir la tonsure.

En 1578, son voeu est exaucé il ira à Paris, accompagné de son précepteur Jean Déage, et apprendra par coeur l’Iliade d’ Homère, le latin, l’hébreu et le grec ainsi que la théologie. En 1584 ayant obtenu son diplôme, il poursuivra par des cours de philosophie. Après six ans d’absence, il reviendra auprès de ses parents.

Son père n’ayant pas changé sa décision, le dirige en 1586 vers Padoue pour des études de droit  et de théologie sous la direction du Père jésuite Antoine Possevin. Cinq ans plus tard,

Il devient « docteur en droit économique et civil » et désire se rendre à Rome avant son retour en Savoie où il y manifestera beaucoup de dévotion.

 Il rencontre à Annecy Monseigneur Claude Granier prince-évêque de Genève avec lequel il lui parlera de sa vocation de prêtrise et  deviendra son ami. Il exposera ses idées sur le problème des mariages clandestins et de leur annulation par le Concile de Trente. En revenant d’une Assemblée, dans la forêt de Sonaz, le fourreau de son épée se détache tombe à terre et forme une croix. François de Sales en déduit qu’il doit quitter les armes séculières et qu’il doit s’enrôler sous l’étendard de la Croix.

François refuse le mariage arrangé par son Père et s’adresse à son cousin, Louis de Sales, chanoine de la Cathédrale de Genève dont il obtiendra la première dignité de cette cathédrale

Le 8 décembre 1602 il est nommé évêque et prince de Genève.

Sans répit, il sillonnera la route pour instruire ses ouilles. De sa profonde foi naîtra l’installation de nouvelles communautés religieuses : les Barnabites, les Ursulines...

Il fut le fondateur, avec Ste Jeanne de Chantal de l’ordre contemplatif de la Visitation, docteur de l’Eglise, patron des journalistes, fondateur de l’Académie Florimontane. Il deviendra  le saint protecteur du diocèse d’Annecy.

Berne avait imposée la langue de Calvin à la population. En tant qu’écrivain, St François de Sales utilisera le  français et écrira, en 1597 « La Défense de l’étendard de la Sainte-Croix »

Il échangera avec Mme de Charmoisy, devenue veuve du cousin de St François et installée au Château de Villy en Haute Savoie, des lettres  pour parfaire son édification spirituelle. 

Le 8 décembre 1602, François de Sales fut ordonné Evêque de Genève. 

En 1608 sera publié un livre  « l’introduction à la vie dévote » relatant les lettres adressées à Mme de Charmoisy.

Ce genre d’ouvrage, jusqu’à présent réservé aux religieux, sera publié. La population découvrira  un livre de dévotion pour la première fois. Ce sera un succès.   

Il fondera l’Ordre de la Visitation, le  6 janvier 1610 (La Baronne de Chantal, grande Dame de Bourgone) .

Le 24 juillet 1606,  il honore Megève de sa visite et visite le prieuré  Saint Jean Baptiste.

La tonsure sera donnée à 13 enfants de Megève.  Le soir il ira à Sallanches pour assister, le lendemain, à la fête de la St Jacques, patron de la ville. Il visite l’église Collégiale de St Jacques à Sallanches et la paroisse de St Martin. Epuisé, il termine son apostolat en octobre à Annecy.

Une stèle a été érigée en 1866 (déplacée en 1961) pour rappeler le passage de St François de Sales, évêque de Genève.

A Lyon, le 27 décembre dans l’après-midi, il s’évanouit victime d’une apoplexie. Il demande l’extrême onction. Le 28 décembre 1622, il rend son âme à Dieu. St François de Sales sera canonisé  le 19 avril 1665. 

* * *

Notes : Le Ministre des finances Camillo Benso dit « Cavour » est le petit neveu de St François de Sales. 

* * *