Combloux les 3èmes Fanfarandoles





























Combloux concours de farcement





























Combloux Fanfarandoles Groupe de Sallanches






























Combloux concours de farcement





























Fanfarandoles Batterie FanfareFanfarandoles Châle décoré























Fanfarandoles L'Tropé Combloux





























Fanfarandoles L'Tropé de Combloux




























Fanfarandoles Les Jevalles de Domancy





























Fanfarandoles Lou Folatons de Passy





























Combloux concours de farcement





























Groupe folklorique L'Tropé





























Groupe folklorique L'Tropé costume






























Groupe folklorique L'Tropé portage des cloches





























Jumelage 30 ans Diekholzen Combloux



































Groupe folklorique L'Tropé






























L'écho du Mont Blanc à Combloux






























L'Tropé lors des Fanfarandoles





























La Renaissance St Gervais Domancy

          Folklore

          Traditions

          Evénements

 

 

 

Le groupe folklorique L’Tropé

 

Le groupe L’Tropé a su préserver  valeurs et traditions à travers danses régionales et costumes d’époque. Le groupe  évolue accompagné d’une musique folklorique regroupant accordéon, violon, clarinette...  L’Tropé signifie troupeau et marque l’importance de la vie rurale au début du dix neuvième siècle. Les représentations sont agrémentées d’explications sur le Patrimoine.

 Le groupe folklorique L’Tropé était le groupe officiel à la Cérémonie de clôture des Jeux olympiques d’Albertville en 1992.

Il a fêté ses 60 bougies en 2008. Le groupe se produit en France, en Suisse, en Italie et en Allemagne.  

 La batterie-fanfare de Combloux :

"L’écho du Mont Blanc"     

Daniel Lambert et son équipe créent, en mars 1948,  une clique. En compagnie des Pompiers, la clique participe à différents concours et rejoint la Fédération des Musiques en Faucigny. Michel Payraud, Jean-Claude Payraud, Eric Huyghe succèderont  à Daniel Lambert. En 1975 la clique reçoit le premier prix au congrès des Sapeurs-Pompiers et adhère à la Fédération des Batteries Fanfares de Haute-Savoie.  

Depuis 1988, une école de Musique accueille les jeunes musiciens. Les rythmes de musique se modernisent et la casquette a remplacé le béret.

En 1992, la batterie-fanfare de Combloux organisait le 19ème Festival des Batteries-Fanfares de Haute-Savoie. Elle renouvela en 1998 lors du 25ème festival et fêta son cinquantième anniversaire.

Une cinquantaine de musiciens accompagnent les festivités dans et hors du département.

 

Les « gens du pays » transforment leurs maisons pour les louer  aux touristes

.Les Fanfarandoles Comblorannes

 

     Fanfarandoles 1   Fanfarandoles 2    

 

En juillet 2010, la batterie-fanfare « L’écho du Mont Blanc » est à l’initiative des premières Fanfarandoles Comblorannes.

Chaque année, elle accueille de nombreux groupes folkloriques accompagnés de musique traditionnelle, batteries-fanfares et harmonies qui évoluent devant un public enthousiaste et toujours plus nombreux.

Des concerts, des aubades  égayent cette journée qui se termine autour d’un repas champêtre.

En 2013, les Fanfarandoles Comblorannes ont accueilli la 27ème BCA qui a régalé les spectateurs.

 

 Festival des Becs à Fleu

        En 2009 est né le festival musical des Becs à Fleu. Depuis il  est organisé chaque année au mois d’août.

        « Becs à Fleu » est le surnom donné aux Comblorans.

        Michael Jones et Tom Frager en sont les pionniers.

 

Les loups joyeux

 Association d’une centaine de membres qui organisent, chaque année en février, un concours de farcement ainsi que les marchés d’antan. 

Les « Loups Joyeux »  proposent un marché d’antan avec vente de produits des producteurs locaux, tradition culinaire,  dégustation de café à l’ancienne sur air d’accordéon. Les artisans peaufinent leur travail devant des touristes toujours friands de savoir faire local.

*

Les « gens du pays » transforment leurs maisons pour les louer  aux touristes.Gastronomie Combloranne

Concours de farcement

 

« Becs à Fleu » est le surnom donné aux Comblorans fins gourmets, amateurs de crème mais surtout conservateurs d’anciennes traditions culinaires, dont le farcement. La gastronomie locale fait partie intégrante de la vie des  Comblorannes et Comblorans.

Le farcement reste le plat du dimanche par excellence. Préparé avant la messe dominicale, il mijotait pendant trois heures, au bain marie, sur le coin du feu dans un moule à cheminée appelé « rabolire » (ou farcementire dans d’autres régions). Composé de pommes de terre râpées, d’œufs,  de crème, de lard,  de fruits secs (pruneaux, raisins secs, poires...) il est arrosé de « gnole ». Avec l’ajout d’ingrédients, chacun  prépare  à sa « façon »  et selon les villages.

Depuis une quinzaine d’année, le farcement est à l’honneur grâce au concours de farcement organisé par les « Loups Joyeux » et l’office du tourisme de Combloux. Une confrérie du farcement du Pays du Mont Blanc est née pour conserver cette tradition culinaire. Les villages du Pays du Mont Blanc, Haute-Savoie, Savoie y sont conviés. 

 Les farcements sont goûtés, jugés par un Jury de connaisseurs et une dégustation accompagne la remise des prix dans une évidente convivialité.

     
 

Tradition culinaire

La soupe de légumes agrémentée de pain et de fromage constituait les deux repas principaux de la journée. Le pain était cuit au four à pain familial. Une maison sur deux possédait son four à pain.

 Les petits morceaux de lard collés à la graisse du cochon appelés les « greubons » servaient à améliorer l’ordinaire.   La viande, cochonnaille, était préparée et fumée à l’aide  de la grande cheminée pyramidale : la « beurne ». 

Les « pormenaises » étaient des saucisses aux choux.

La farine d’orge se délayait difficilement dans l’eau et formait des « quatelets » (grumeaux) ; autre nom donné à cette soupe qui remplaçait la soupe de légumes l’hiver.

Une pâte composée de farine d’orge, d’œufs et de sel remplaçait les pommes de terre pour les anciennes  « bougnettes » (beignets).

Les « quartis » étaient composées de pommes de terre mélangées avec du lard et des poires.

Tous les aliments issus de la nature étaient précieux.

Chaque aliment était utilisé à bon escient : les poires « maudes», les prunes séchées pour le farcement, les pommes (croësons) pour les desserts et le cidre (boisson principale). Les cerises servaient à la fabrication du kirsch. Les noix étaient gremmaillées l’hiver lors des veillées où étaient transmisses, de générations en génération, les bonnes recettes.  

En automne sont ramassées les poires « maudes » (cidre en patois) C’est une poire rustique et juteuse  et les petites pommes « les « croësons » sont des petites pommes légèrement acides.

Depuis le quinzième siècle, les « rissoles » ou « r’zules » (chausson aux poires) restent une spécialité savoyarde réservée aux fêtes de fin d’année.

 
La Tomme de Savoie est un fromage dit «  d’hiver » parce qu’il est fabriqué à la ferme lors de la saison hivernale pendant que les bêtes sont à l’étable. Le fermier prélevait la crème pour en faire du beurre et la tomme était fabriquée avec du lait écrémé. Elle se conservait tout l’hiver.  Chaque tomme présente un goût différent grâce au lait des vaches et à la diversité des pâturages fauchés durant l'été.     

 
        
C’est à la seconde moitié du 18ème siècle que la Polenta est importée en France par les Italiens.

La polenta existe depuis l’antiquité, utilisée par les Romains qui la désignaient comme une bouille de farine d’orge. Christophe Colomb ramène le maïs en Europe.

Le climat du Nord de l’Italie est favorable à la culture du maïs et le maïs est bon marché. Il supplantera même le pain, les pâtes et les pommes.

La polenta ou « polente » est une farine de maïs transformée en semoule d’une couleur jaune foncée.

        La polenta se déguste aussi bien à l’eau, au lait, avec du fromage en gratin mais également avec de la viande, des diots de Savoie où avec de la crème.

 

Festivités et sport

 Le marché hebdomadaire se tient sur la place de Combloux le mercredi matin.

Un marché de producteurs locaux et aux fleurs se tient au mois de mai et les marchés d’Antan sont organisés par « Les Loups Joyeux ».

 

Sur un parcours 4, 13 ou 18 kms, marcheurs et coureurs tout âge confondu, se retrouvent en juin pour « La Combloranne » le ravitaillement et remise de prix encouragent les participants.  

« La Rando des Angelots » permet la découverte des églises, chapelles, oratoires jalonnant le sentier du Baroque accompagné d’un guide du patrimoine en Pays de Savoie.

 
        E
n juillet et août se tient le festival « Mont Blanc photo. » qui réunit des  photographes de renommée régionale, nationale et internationale.

  Depuis sept ans, des rédacteurs en chef de la presse (écrite, radiophonique, télévisuelle) et divers intervenants s’invitent durant un week-end à Combloux  pour « Les entretiens de Combloux  ». Ils  se réunissent pour des conférences-débats concernant des sujets brulants : changement et réchauffement climatique, consommation de l’énergie qui s’amenuise,  pollution, avenir énergétique, le nucléaire....   

  A l’initiative de cette association « Climat-Energie-Humanité-Médias »: Christelle Pernet, directrice de l’agence Duodécim et Laurent Ancenay, directeur de l’Office du Tourisme de Combloux, sponsorisés par Adéme, Sncf, Union des Transports Publics, BPCE...)     

    Le domaine « Les Portes du Mont Blanc » offre de nombreux circuits VTT. Ces circuits associent sport et découverte des panoramas de Combloux.

        Le site est labellisé «  base d’activité VTT FFCT  » par la Fédération Française de Cyclotouriste (FFCT). Encouragés pour cette première départementale, des aménagements spécifiques ont été réalisés.

   Certains itinéraires sont accessibles aux "Gimgo" (fauteuil tandem tout terrain sans moyen de propulsion utilisé pour la descente)  quelquefois tractés par des chiens ou équidés  permettant aux personnes handicapés de pratiquer le VTT. Des aménagements ont été réalisés.

 

Le MB Race 

    Concrétisation de ce programme sportif avec la première édition de la course de cross country marathon organisée en 2010 : le MB RACE de renommée mondiale !  L’ultra marathon devenu une légende, la course réputée la plus difficile au monde avec ses 140 kms mais aussi des parcours plus accessibles de 50,70 et 100 kms.  

         A cause d’orage, la première édition a été stoppée et un seul concurrent a pu terminer cette course d’endurance, réputée difficile.

 

 

Le M pour Mont et B pour Blanc appuyant le nouveau logo plus moderne pour le MB Race.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

Le tourisme à Combloux

Le Palace P.L.M

***

Paris - Lyon - Méditerranée

 

Au départ de la Gare de Lyon à Paris, le train « Paris-Lyon-Méditerranée, » amena de nombreux touristes vers les stations de ski des Alpes.  La « Compagnie Paris Lyon Méditerranée » participa à l’essor touristique des stations de sports d’hiver, par le biais de sa collection très attractive de cartes postales et d’affiches « de voyages ».

C’est ainsi que la station de Combloux fut découverte à travers la célèbre phrase de Victor Hugo :

« Combloux, la perle des Alpes dans son écrin de glaciers »

 Combloux, «  la perle des Alpes » avait pris son envol touristique !

En 1923, cette Compagnie « Paris-Lyon-Méditerranée » acheta le « Grand Hôtel du Mont blanc ». 

*

Un Palace à Combloux

 

Le grand hôtel du Mont Blanc

 

Situé à l’entrée du village de Combloux, face au Mont Blanc, le « grand hôtel du Mont Blanc » fut construit avant 1911.

En 1914, les travaux achevés, le propriétaire Monsieur Phyl Provence revendit le palace à la Société des Alpes Françaises (1921).

L’administration des postes et télégraphes de Combloux attribua le premier numéro téléphone au Palace.

 En 1923, la société des Alpes Françaises revendit le « Grand Hôtel du Mont Blanc  » à la Compagnie « Paris Lyon Méditerranée » qui s’investit pour la modification du palace de Combloux.  Le grand Hôtel prit le nom de « Hôtel du P.L.M. » et revêtit une façade style « belle époque » avec des terrasses habillées de balustrade à colonnettes ventrues qui accueillait, l’été, un orchestre. Louis Bernard Bonnier, architecte français (1856-1946) devint architecte conseil de la Compagnie du « Paris Lyon Méditerranée » en 1920 et participa aux travaux d’embellissement entre 1923 et 1925 du palace « Hôtel du Paris Lyon Méditerranée ».

Ce palace marqua un contraste impressionnant entre le petit village rural  de Combloux et sa clientèle fortunée.  

Deux cents chambres, grand confort, soixante salles de bains accueillirent une clientèle anglo saxonne fortunée, des hommes politiques, industriels et artistes arrivèrent pour se reposer en été à Combloux,  profiter des joies de la neige en hiver et se distraire dans le « P L M ».  Des chauffeurs véhiculaient donc une clientèle aisée en villégiature au P.L.M.   

 Une centaine d’employés, extérieurs au village, œuvra au service de cette nouvelle clientèle. A cette époque, les Comblorans, fascinés mais dubitatifs,  continuèrent leurs travaux  ruraux. Ce n’est que beaucoup plus tard qu’ils se rapprochèrent des emplois offerts par l’hôtellerie.

 Entouré d’un parc de dix hectares, le « P L M » aménagea des équipements sportifs : golf à six trous, courts de tennis, une patinoire et pour  Noël 1935, son premier remonte pente de 800 m de long pour 200m de dénivelé  qui fut l’un des premiers en France.

Les skieurs remontaient depuis l’hôtel P L M à l’aide d’un câble et d’une brassière maintenue par une perche attachée directement au câble. 

Dès 1936, la « revue du ski » publiciste le téléski de Combloux qui  fonctionna jusqu’en 1939.

Vers 1928, John Lachenal, paysagiste, ayant aménagé le parc du P.L.M., acheta le terrain situé en face du Palace et construisit cinq villas, à l’aide de l’architecte d’Annecy, Fleury Raillon qui avait réalisé  de nombreux édifices (Hôtel de Ville de stylé néo-classique à Cluses en 1903).

       Ces villas en bois et pierre, dites « régionalistes », construites à la fin des années 1920, sont caractérisée par des baies vitrées, des mansardes, des croupes et auvents.

         John Lachenal  construisit également l’hôtel « Edelweiss » et l’hôtel des glaciers qui porta successivement les noms de : « Le Chalet des Etudiants »  « Chalet de la ville de Sens » et  « Le Refuge de la Cigogne ».

A l’annonce de la seconde guerre mondiale, le P L M cessa ses activités et ferma ses portes. Après la guerre, l’hôtel accueillit, dans un premier temps, des enfants de la Société Nationale des Chemins de Fers en colonie de vacances. Il ferma ses portes définitivement en 1954.

 La Société Accor acheta ce bâtiment de bonne renommée et, en 1968, le vendit en multipropriété, agençant  une partie des appartements en location  pour les résidents secondaires.  Le P L M  fut rebaptisé « La Résidence Mont Blanc », et est actuellement une propriété privée.

 
**

 Saison hivernale

 

Les Jeux Olympiques de Chamonix en 1924 favorisent l’essor touristique de Combloux.  

La neige, considérée comme un obstacle autrefois, devient une opportunité pour  Combloux.  

      Les « gens du pays » transforment leurs maisons pour les louer  aux touristes.


Des hôtels (Hôtel des Aiguilles de Warens, hôtel des Edelweiss, des Glaciers, le  Splendid, les Monts Argentés....) et des meublés s’érigent dans le village de Combloux

      De nombreuses fermes sont vendues. Les acquéreurs aménagent les granges en habitation secondaire.  

      Les villages de montagne profitent du développement touristique qui leur apporte un complément de revenus.

Dès 1925, les Comblorans agrandissent et embellissent leurs vieilles fermes pour accueillir les « Monchus » (Messieurs de la ville) et leurs familles.

 En 1945, le premier téléski (installé depuis 1935 par le P L M)  fut  acheté par des Comblorans. Ensuite racheté par la Commune de Combloux.

 Après la seconde guerre mondiale, tout en préservant son agriculture, Combloux  investit pour l’image de son village et pour son domaine skiable. A la fin des années 1950, Combloux installe et finance ses remontées mécaniques.

 En 1958, le téléski de la Cry est prêté par la Société Pomagalski. En 1959, le téléski de Beauregard est financé par des emprunts émis auprès des Comblorans. Les emprunts bancaires se succèdent pour le télésiège du Jouty.

 Le 31 janvier 1968, la flamme olympique passe à Combloux sous les applaudissements des enfants et de leurs parents.

 En 1989, des canons à neige  sont installés. Combloux la « perle du Mont Blanc » offre l’accès par le domaine « Les Portes du Mont Blanc » à 100 kms de pistes et par le Domaine « Evasion Mont Blanc » à  445 kms de pistes de ski alpin grâce la liaison avec les domaines  de Megève, Saint Gervais-les-Bains, les Contamines-Montjoie, la Giettaz en Savoie qui agrandit le domaine skiable....  également des sentiers piétons, raquettes... deux pistes de luge enfants à la Cry et au Cuchet, deux espaces de snowboard (Park de la Croix) et boardercross (Park de la Giettaz).

         Des hôtels, des résidences secondaires, des gîtes, des chambres d’hôtes, des campings assurent l’hébergement des touristes.

Face au Mont Blanc, la table d’orientation de la Cry facilite la lecture du paysage en partant des Dômes de Miage jusqu’au dièdre des Drus.

 

 ***

 

 Saison estivale

  

Le plan d’eau biotope

 En 1997, la commune de Combloux achète un terrain de six hectares jouxtant l’ancien P.L.M. Le site est classé en zone « na » qui protège de toute nouvelle construction immobilière. Le Conseil Supérieur de l’Hygiène Publique de France, valide favorablement le protocole d’accord  signé entre La Direction Départementale d’Action Sanitaire et Sociale, et la Commune de Combloux pour une période expérimentale de trois ans.

En 1998, pour l’aménagement d' un plan d’eau biotope, un concours d’architecte est ouvert.  Le projet de l’équipe « green concept » et « atelier axe » est retenu. La Société suisse « Jardins Naturels Paysagistes » se charge d’installer le plan d’eau.  

 Face au Mont Blanc, le  8 juillet 2002,  le premier espace aquatique biotope en France accueille ses premiers baigneurs dans une eau cristalline à 26°C, non chlorée et réchauffée naturellement par les rayons du soleil.  Le nombre d’entrées est limité à 700 personnes par jour pour garder une qualité parfaite.

La superficie  du plan biotope est de 4500 m2  découpés en quatre zones :

- Le bassin de baignade, d’une superficie de 1000 m2 et d’une profondeur d’un mètre quatre-vingt est délimité par des flotteurs.  Le  jet d’eau oxygène l’espace baignade.

- La zone de régénération  occupée par les végétaux épurateurs tels que joncs, myosotis, nénuphars, roseaux graminées et phragmites est  délimitée  par une bordure de granite.

 - La zone d’aération est alimentée par la cascade qui a pour rôle d’oxygéner le plan d’eau.

- La zone de filtrage, qui, comme son nom l’indique, filtre à l’aide d’agrégats minéraux,  des plantes et des végétaux aquatiques en épurant l’eau,

 L’eau est continuellement en circulation et les pertes dues à  l’évaporation sont compensées par 50 litres en apport régulier d’eau claire. Une aspiration en surface et en profondeur  permet l’évacuation de certains insectes et de quelques feuilles.

Bâtiment construit en bois et granite, surmonté d’une couverture en zinc, abrite un espace détente remise en forme. Côté gastronomique, un restaurant et un bar, sur pilotis, rassasient les plus affamés après la baignade.

Du plan d’eau, un escalier, entouré de granite, permet d’accéder aux jeux de loisirs pour enfants, aux courts de tennis et aux espaces ludiques et sportifs.

 
     L
a table d’orientation surmontée par une lunette d’observation  permet un regard grand angle depuis le plan d’eau biotope sur la vallée de l’Arve et la chaîne du Mont Blanc.

 


 

 

 





















Combloux les 3èmes Fanfarandoles






























Fanfarandoles 2013 avec 1a 27ème BCA




























Fanfarandoles 2013 grope L'Tropé de Combloux
































Fanfarandoles 2013 grope L'Tropé à Combloux





























Fanfarandoles 2013 Groupe L'Tropé de Combloux





























Combloux les 3èmes Fanfarandoles





























Fanfarandoles 2013 Passadamou de Passy





























Fanfarandoles 2013 la 27ème BCA





























Fanfarandoles 2013





























Fanfarandoles batterie fanfare





























Fanfarandoles batterie fanfare St Gervais





























Groupe folklorique L'Tropé






























Groupe folklorique L'Tropé accordéon et violon





























Groupe folklorique L'Tropé de Combloux


































Groupe Lou Folatons de Passy































L'Tropé groupe de Combloux






























L'écho du Mont Blanc à Combloux





























Fanfarandoles les 3ème avec la 27ème BCA